PHYSIOLOGIE DU PIED



par Casimir KOWALSKI. Extrait de PODO 3000


Wersja polska


Version en argot : ici

"Le petit livre rouge du pied". 134 pages, Retinne, 2000.
kowalski.casimir@gmail.com

Du même auteur: Lien vers
"Fasciites Plantaires"
"Metatarsalgies"
Troubles stato-dynamiques du pied et instabilité
Triade pied genou colonne

(cliquer ensuite sur le bouton retour de votre navigateur pour revenir à cette page)

En hommage à Etienne De Doncker à qui je dois de m'être intéressé au pied.


 
 


Normalement, au cours de la station debout, le centre de gravité tombe plus ou moins à 4 centimètres en avant de l'articulation cruro-talienne et l'équilibre, dans le plan sagittal, est maintenu par une action constante du soléaire, qui est alors le seul muscle du pied à montrer une activité électrique (1)

.
1. Il suffit de prendre appui sur le dos d'une chaise pour que l'activité du soléaire soit annulée.
 

Le muscle soléaire est un muscle rouge "statique" (contrairement au gastrocnémien qui est un muscle blanc "dynamique"). Il suffirait de couper l'interrupteur du soléaire pour basculer en avant et ébaucher la marche. Mais le tibial antérieur peut la provoquer par raccourcissement, en abaissant la jambe sur le pied - ce qui projette le centre de gravité vers l'avant - et son action peut se répéter si on désire accélérer le pas. Les muscles fléchisseurs du tronc peuvent également déplacer le centre de gravité vers l'avant et obliger le corps à "tomber en avant" et démarrer.

Le plus souvent, cependant, au cours de la marche, le tibial antérieur agit en s'allongeant pour freiner la chute de l'avant-pied (2). Il intervient alors brièvement au tout premier moment de la phase d'appui après que le talon ait touché le sol. C'est là son action physiologique essentielle.
 
 


2. Action excentrique du tibial antérieur 3. Action concentrique du tibial antérieur
 

La marche résulte donc d'une chute du tronc en avant provoquée par le tibial antérieur qui abaisse la jambe (et donc le corps entier) sur le pied. Il s'agit d'une action concentrique (3) qui demande beaucoup d'énergie mais qui n'a lieu qu'au démarrage. Le centre de gravité est déplacé vers l' avant et on "court" après lui. Par la suite, cette action concentrique du tibial antérieur peut exister mais n'est que passagère en cas d'accélération brutale.
 
 

Les muscles postérieurs du pied empêchent la chute du corps vers l'avant en la freinant continuellement par action excentrique, c'est à dire en s'allongeant (4). Cette action excentrique est caractérisée par le fait qu'elle utilise un minimum d'énergie.


4.Contrôle de l'angle tibio-pédieux par le système tricipito-plantaire

Ces muscles agissent de bas vers le haut, à partir du ou des segments du pied en contact avec le sol et il faut s'imaginer le marcheur par en dessous d'un plancher transparent.

Le sujet ayant démarré, faut-il encore qu'il garde son équilibre : en cas d'inégalité de terrain, ce sont surtout les muscles latéraux de la cheville qui interviennent brutalement, à la demande, par action concentrique pour rétablir l'équilibre. L'action concentrique utilise plus d'énergie. Ainsi un terrain inégal ou sablonneux rendra la marche plus fatigante.

Les deux principes fondamentaux des actions musculaires sont

1 l'action à partir du pied ou du segment de pied en contact avec le sol

2 l'action excentrique

On continue à enseigner par exemple que le tibial antérieur est un fléchisseur dorsal parce qu'en tirant sur son tendon chez un cadavre, on effectue ce mouvement. En décharge et pendant la phase oscillante de la marche, il a effectivement cette action ou peut l'avoir car il ne faut pas oublier que, durant la phase oscillante, son étirement qui a précédé cette phase permet au pied, grâce l'élasticité des muscles, de revenir à l'angle droit. Selon Karpovitch, 45% de l'énergie nous est rendue de cette manière, c'est à dire gratuitement, lors de nos déplacements, à la manière de la corde d'un arc qui rend l'énergie accumulée, une fois qu'elle a été étirée.

Pour se rendre compte de l'action concentrique du tibial antérieur, il suffit, en décharge, lorsqu'on est assis, de porter activement le pied en flexion dorsale 500 fois : on ressent une certaine fatigue ; alors qu'au cours d'une marche de plusieurs kilomètres, on ne ressent pas de fatigue à son niveau. Lors d'une transposition du tibial postérieur lorsque le tibial antérieur est paralysé, cette action excentrique est plus à prendre en considération que la flexion dorsale du pied qui pourrait n'avoir au pire qu'une action de ténodèse et le tibial postérieur y est préparé pour avoir été habitué à contrôler le valgus de manière excentrique au cours d'une marche normale.

La marche obéit donc à la LOI DU MOINDRE EFFORT. Tous les muscles du membre inférieur agissent par action excentrique (mais tous sont capables, à la demande, d'avoir une action concentrique).

. 5. La loi du moindre effort.

Aller au chapitre I : LA FERME DU PIED


Cliquer sur les chapitres auxquels vous désirez acceder

INTRODUCTION

chapitre I : LA FERME DU PIED
chapitre II : LES AMORTISSEURS DU PIED
chapitre III : LA PROGRESSION DU PIED
chapitre IV : L'EQUILIBRATION DU PIED
CONCLUSION

RESUME POUR LES LECTEURS DE 7 A 77 ANS

Du même Auteur:Métatarsalgies; Fasciites plantaire;Instabilité; Triade pied genou colonne; Physiologie du pied; Physiologie de la sous-talienne; Examen clinique du pied;

Copyright 2000 -2005 AFCP et Casimir KOWALSKI. kowalski.casimir@gmail.com

 RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL