- CONCLUSION -

 

Wersja polska

 

 

Le pied peut être comparé à une ferme, élément architectural tridimensionnel, dont il faut avoir une conception dynamique et qui varie suivant la sortie du pas. Elle est munie de nombreux et puissants amortisseurs et permet la progression grâce à la chute du corps en avant ; cela, grâce à la flexion s'effectuant dans l'articulation de la cheville (mais parfois dans les hanches chez les personnes âgées, par bascule du tronc en avant).

Les muscles postérieurs agissent à partir du pied ou du segment de pied en contact avec le sol par action excentrique, c'est à dire avec une dépense minimale d'énergie, dans le but d'empêcher cette chute tout en permettant la progression.

Les muscles longs latéraux agissent aussi par action excentrique sur l'articulation talo-calcanéenne pour répartir les pressions de façon harmonieuse mais, au besoin, pour corriger un déséquilibre, par action concentrique (ce qui requiert beaucoup plus d'énergie). Le long péronier stabilise le premier métatarsien ; cela permet la sortie du pas par l'hallux, la palette latérale équilibrant cette action.


Dans le sens antéro-postérieur, l'équilibre est assuré en position debout par le soléaire et, lors de la marche, par la réception sur l'autre pied. Dans le sens frontal, la bille représentée par la tête talienne joue un rôle primordial dans la répartition instantanée des pressions. En avant : les palettes médiale et latérale, situées de part et d'autre de la palette centrale peu mobile et qui correspond aux métatarsiens II et III. Ces deux palettes évoquent les ailes de canards sauvages ; ce qui est une image s'éloignant loin (et au dessus) de la réalité ... mais ...


"se non è vero, ma que bello".

70. « La foi et le doute sont unis comme l'inspiration et l'expiration » ou comme les deux ailes d'un oiseau.

 

 

Cette physiologie du pied, racontée aux enfants que nous sommes, permet de pousser plus loin sa propre réflexion et de déduire des attitudes thérapeutiques, en ayant toujours à l'esprit qu'elle doit être respectée dans la mesure du possible. Mais elle doit être affinée, complétée en tenant compte des acquis de la posturologie, et corrigée ou bien transformée tout à fait : la conception présentée ici n'est peut-être aussi éphémère que le balancement d'une brindille après l'envol d'un oiseau...


Cliquer sur les chapitres auxquels vous désirez acceder

INTRODUCTION

chapitre I : LA FERME DU PIED
chapitre II : LES AMORTISSEURS DU PIED
chapitre III : LA PROGRESSION DU PIED
chapitre IV : L'EQUILIBRATION DU PIED

RESUME POUR LES LECTEURS DE 7 A 77 ANS

Du même Auteur: Gastrocnémiens courts et Métatarsalgies

Copyright 2000 -2001 Casimir KOWALSKI. kowalski.casimir@gmail.com

 RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL